Le créole haitien (CH): clarifions un malentendu! par Pierre-Yves Roy

Pour vraisemblables que puissent paraître les critiques de Robert Berrouet-Oriol dans son article, “Le créole n’est pas “un produit de développemet durable”(Le National, 5 juillet 2018) en réplique à celui de Pierre-Yves Roy, “Comment transformer le créole haitien en un produit de développement” (Le National, 26 juin 2018), elles ne traduisent, aux yeux du lecteur avisé, que la courte vue du linguiste, sa mauvaise lecture et son incompréhension du texte de l’auteur, et quelques faiblesses académiques.

Le créole haïtien n’est pas «un produit de développement durable»

L’article de Pierre-Yves Roy, «Comment transformer le créole haïtien en un produit de développement durable» (Le National, 26 juin 2018) mérite que l’on s’y arrête pour plusieurs raisons. Car à le lire avec la meilleure attention il s’agit manifestement d’un texte confus, verbeux, farci d’impropriétés lexicales et grammaticales et qui ne présente pas d’argumentation rigoureuse capable d’enrichir le débat linguistique.

Prix Littéraire International Naji Naman (Paris 2018)

C’est avec agrément et déférence que nous vous annonçons que notre poète Élie Fleurant vient de remporter le Prix Littéraire International Naji Naman, (Paris 2018) pour son recueil de  poésies et philosophie, Épîtres du Centaure, (les Éditions L’Harmattan). Les Prix littéraires Naji Naman sont décernés chaque année aux auteurs des œuvres littéraires les plus émancipées des points de vue contenu et style et qui visent à revivifier les valeurs humaines.

Archipélies n°5 – Reparution de la revue Archipélies

La revue universitaire Archipélies reparait. Archipélies est une revue du CRILLASH (Centre de recherches interdisciplinaires en lettres, langues, arts et sciences humaines) de l’Université des Antilles. Elle a été fondée par la linguiste Corinne Mencé-Caster et quatre numéros ont été publiés de 2010 à 2012.

Calendrier des métiers en voie de disparition – Darius, le dernier Maître Potier par Hector Poullet

Darius avait déjà un âge certain quand je l’ai connu. J’étais le professeur de l’un de ses fils. Il habitait les Hauteurs de Bananier, région de terre glaise, mais il avait son atelier de poterie au bord de mer, à P’tit Bois, éloigné de quelque cinq kilomètres de sa maison. Il parcourait ce trajet deux fois par jour, le matin pour se rendre à sa poterie, le soir pour rentrer chez lui.

Comment transformer le créole haïtien en un produit de développement durable

Il m’a fallu un peu d’audace pour parler de la potentialité économique du créole haïtien (CH), ayant exhorté M. Gérard-Marie Tardieu, membre de l’Académie du créole haitien(AKA) pour le titre de son article, “Yon sèl lang ofisyèl pou dechouke mantali nou”, paru dans Le Nouvelliste le 31 mai 2018. Mais, comme je l’ai expliqué dans mon article, “Le créole haïtien, seule langue officielle de la République d’Haïti? Oui, c’est possible et obligatoire”1, ce n’est pas l’idée de GMT qui m’a déçu; c’est sa façon de la présenter qui m’a pris à la gorge.